Eden


 :: Institut :: Pavillon de médecine :: ➤ Infirmerie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Help me ! [Hewan x Théa]

avatar
M. Hewan Allen
« Tu voudrais que la société t’acceptes mais tu ne t’acceptes pas toi-même. »
Messages : 28
dollars : 128
Avatar : Channing Tatum
Multi-comptes : Laura Howlett & Logane Hall & Andy Mills & Tony Castle
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Juin - 12:38

HELP ME !

- HEWAN — THEA -


#un enfant amoureux sans avouer.

Hewan n’était pas comme les autres. Du moins, pas comme ses frères et sa sœur. Enfin… il est un speeder, mais il reste immature avec les années. Faut dire que, s’ils ont fini ici, c’est surement à cause de lui. Pas que Hewan n’aime pas Eden, mais ils avaient une vie avant ici, ils avaient des amis, et Hewan était un adolescent qui avait besoin de se dépenser, mais comment se dépenser quand il faut contrôler sa vitesse ? Le jeune homme n’avait su contrôler sa vitesse et a été envoyé à Eden. Mais pour pas le déprimer, les parents Allen ont aussi envoyé leurs trois autres enfants.

Autre point, Hewan voit en Scott un modèle, mais il ne l’avouera jamais. Tout le monde le voit, tout le monde le sait, mais il ne l’avoue pas, il le nie même. Il n’avoue même pas aimer sa famille, il avoue rien du tout, Hewan est un enfant qui ne comprend pas le principe d’assumer ce qu’il ressent. Rien que ses sentiments pour Théa il passe son temps à les cacher, et pourtant, son cœur le guide toujours vers elle, même lorsqu’il est dans le lit d’une autre. D’ailleurs, quand on lui posait la question sur ses sentiments, il sortait toujours une blague pour changer de sujet, il riait de tout et de rien, un vrai enfant, jusqu’à imiter sa sœur pour l’embêter.

A l’heure actuelle, le jeune Allen donnait cours d’auto-défense avec son frère. Il le suivait partout comme vous pouvez le constater. Le jeune homme aimait faire le caïd, et alors qu’ils montraient technique  à leurs élèves, la fin du cours sonne et les deux hommes décident de s’entrainer aussi un peu, alors ils enchainent sur un petit combat inoffensif. Inoffensif mais Hewan se retrouve rapidement au tapis, ce qui le vexe, l’énerve. Mauvais perdant, il sort de la salle après s’être relevé faisant visiblement la tête à son frère. Il sort de l’institut, et attrape son portable mettant de la musique dans ses oreilles. Il commence à courir pour se détendre et oublier cette défaite. Il aimerait tellement valoir autant que Scott, le surpasser. Il court, encore, encore, et décide de faire demi-tour après bien trente minutes. Il revient en courant, mais ne reprend pas le même chemin. Il courrait plus vite, à sa vitesse maximale, si bien qu’en deux minutes il était proche de l’institut, mais il chute sur un tronc d’arbre, allant trop vite, il a pas eu le bon réflexe pour sauter par-dessus, et le jeune homme est tombé. Il s’est ouvert le mollet. Il grimace à la vu de son sang et se dit que Théa va encore l’engueuler.

Hewan se redresse, bien que difficilement, et se dirige vers l’infirmerie en boitant, il pestait contre lui, s’insultait, jusqu’à arriver dans la salle d’attente de l’infirmerie. Le bureau de Théa était fermé, alors il suppose qu’elle est avec un étudiant. Alors, il attend calmement que ce soit son tour. Voyons le bon coté des choses. Cela rajoutera un peu de rouge dans sa salle d’attente manquant de couleur pour lui, et cela lui permettra de la voir aussi.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 522 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Théa C. Mayfair
« Tu voudrais que la société t’acceptes mais tu ne t’acceptes pas toi-même. »
Messages : 21
dollars : 143
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Juin - 18:08




Help me !

C'est trop banal d'être sentimentale...

« … n’empêche, si tu voulais ressembler à un Fish stick, tu ne pouvais pas t’y prendre autrement… »

Délicatement, Théa continua de masser la main de son jeune patient avec de l’alcool camphré. Ce remède avait déjà réussi à soulager les picotements et la douleur de l’autre main du garçon. Sa peau était très fragilisée et il devrait continuer à venir la voir jusqu’à la fin de la semaine, mais grâce à la pommade et les bandages il ne devrait pas garder de cicatrices. Une chance pour lui étant donné l’attaque de gel qu’il avait subi à force de taquiner l’une de ses camarades de classe. Et pourtant, même s’il souffrait atrocement des engelures qui en résultaient, il gardait un étrange sourire rêveur. Comme s’il avait réussi à gagner quelque chose… Oui, il semblait heureux. Indifférent aux recommandations du médecin, il se contentait de patienter jusqu’à la fin des soins. Elle-même amusée de le voir dans cet état, Théa n’avait pas jugé bon de le réprimander plus longtemps. Elle reconnaissait les symptômes et reconnaissait qu’elle en avait abusé aussi lorsqu’elle était plus jeune.

« Bien, j’en ai fini mais je t’attend demain matin pour que je te change tes bandages. Sois à l’heure si tu ne veux pas que je vienne te tirer par la peau des fesses devant tout le monde. »

En général, ce genre de menace avait tendance à calmer les adolescents. Il faut dire que tout le monde savait que la jeune femme avait déjà sévit dans ce sens, collant au passage une honte magistral à l’élève concerné. Pas de quoi en mourir mais quand même, la plupart d’entre eux tenaient à leur image et ne tenait pas à vivre cette expérience. Et tout en parlant, elle l’avait raccompagné à la porte, ne l’ouvrant que lorsqu’il lui assura de sa présence le lendemain. Visiblement, il avait comprit où se trouvait son intérêt…
Quant à celui de Théa, il se modifia au moment même où son regard se posa sur la salle d’attente. Hewan. Du sang partout. Le mollet ouvert.

Immédiatement, le visage de la jeune femme pâlit tandis qu’elle libérait son jeune patient précédent et qu’elle se dirigeait à la hâte vers son ami. Lorsqu’il se blessait, le cœur de la jeune femme se serrait toujours d’inquiétude et plus encore quand elle craignait qu’il ne puisse plus courir. Cela faisait trop partie de lui pour qu’on puisse le lui enlever, il n’y survivrait pas.
Il suffisait qu’elle le regarde courir fièrement pour savoir que cela avait la même importance que l’oxygène. Combien de fois n’avait-elle pas tenté de le surprendre pour finir par le voir disparaitre dans un mouvement trop rapide pour le suivre des yeux.

« HEWAN ! Pourquoi tu ne m’as pas prévenue plus tôt ! »

Cachant son inquiétude sous une apparente colère, elle se pencha à hauteur de son visage et lui fit une pichnette sur le bout du nez avant d’ajouter :

« Regarde moi tout ce sang, maintenant ! Je te préviens, dés que je t’ai remis à neuf, c’est toi qui va jouer les cendrillons ! »

En vérité, elle n’en avait rien à faire du sang, il lui suffirait de nettoyer un peu et plus rien n’y paraitrait. Mais si elle cachait ses craintes sous une fausse indifférence au problème, peut-être que le jeune homme ne serait lui-même pas trop anxieux.

Elle se pencha pour regarder la plaie de plus près. Comme elle se l’était imaginé, non seulement, il s’était entaillé profondément le mollet mais en plus, elle pouvait voir des éclats d’écorce au cœur des muscles. C’était à se demander comment il avait réussi à se trainer jusqu’à sa salle d’attente. Dans un soupir léger, elle se redressa et lui tendit une main pour l’aider à se relever, elle comptait bien à le soutenir pour aller jusqu’à la salle de soin. Et il avait intérêt à accepter son aide car elle ne le laisserait pas s’appuyer sur sa jambe blessée pour se rendre jusqu’à la table de soin.

by tris
Revenir en haut Aller en bas
avatar
M. Hewan Allen
« Tu voudrais que la société t’acceptes mais tu ne t’acceptes pas toi-même. »
Messages : 28
dollars : 128
Avatar : Channing Tatum
Multi-comptes : Laura Howlett & Logane Hall & Andy Mills & Tony Castle
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Juin - 22:02

HELP ME !

- HEWAN — THEA -


#un enfant amoureux sans avouer.

J’attendais patiemment qu’elle termine. J’avais bien deviné qu’elle était avec un élève qui avait du se blesser, ce n’est pas rare par ici. Quand elle ouvre la porte, je redresse mon visage  vers celui de ma meilleure amie. Elle s’inquiétait pour moi bien trop souvent. Pourtant, je suis fort, je suis un dur. Même si elle semblait en colère, elle était inquiète je le savais, je m’en doutais ! Je la connais par cœur, elle est ce petit être qui s’inquiète pour les autres. Elle est douce et gentille et surtout elle aime me voir courir. Je savais que quand je me blessais elle avait peur que je ne puisse plus le faire. Elle est mon pansement, sur ma plaie que je me suis faite dans mon cœur quand j’ai condamné ma fratrie à venir ici. Je regarde la pièce alors qu’elle m’annonce que je devrais tout nettoyer, je grimace et hausse les épaules avant de lui répondre d’une manière amusée.

« Seulement si tu es mon prince charmant avec son beau cheval blanc. »

J’affiche un sourire charmeur. Je l’aimais cette fille, c’est parfois dur de cacher ses sentiments pour une femme qu’on connait depuis des années, pour une femme pour qui ont pourrait vaincre le monde. Pour une femme que j’ai envie de protéger le restant de ma vie. J’aimais Théa, mais je ne voulais pas la perdre à cause de mon amour, alors je me taisais, préférant m’imaginer chaque soir avant de m’endormir ce que serait ma vie si mon amour pour elle était réciproque. Ce serait si merveilleux…

« De toute façon, ta salle d’attente manque de couleur, princesse. »

Princesse. C’était un surnom que je lui ai donné aussi dès le début. A mes yeux, elle en était une. Elle méritait, comme chaque princesse, d’avoir ce sourire qui illumine son visage, d’avoir une vie heureuse, un château, un prince charmant, des enfants, tout… Bien qu’elle ait déjà beaucoup de choses. J’attrape sa main et m’appuie doucement sur elle mais pas trop, je pouvais m’appuyer sur ma jambe, elle n’était pas trop amoché du moins c’est ce que je pensais, et ce que j’espérais je reste douillet en général quand elle me soigne.

Je m’assois dans le fauteuil de la salle de soin et regarde son visage sérieux se pencher sur mon mollet, elle avait regardé ma plaie dans la salle d’attente mais la lumière dans salle de soin était plus intense, elle pouvait plus voir ce qui s’y dégoupillait. Je me penche avec elle, nos souffles se mélangeaient et je place ma main sur sa nuque comme pour garder mon équilibre.

« C’est grave docteur ? »

J’échappe un léger rire, je prenais toujours tout à la rigolade, mais je savais que dans quelques minutes j’allais beaucoup moins rire. Je me redresse et grimace ressentant un picotement.

« Vu ton visage, j’imagine que je vais douillet, non ? »

Je connaissais ces traits du visage, je soupire.

« T’aime me torturer, avoue le ! Sorcière ! »

Je lui tire la langue. Je profitais de savoir rire pour les quelques minutes qui me restent de tranquillité.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 521 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden :: Institut :: Pavillon de médecine :: ➤ Infirmerie-
Sauter vers: