:: Institut :: Premier étage :: ➤ Salle d'autodéfense Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COURS D'ARMES RAPPROCHÉES 1

avatar
Kalanisse Allen
« Tu voudrais que la société t’acceptes mais tu ne t’acceptes pas toi-même. »
Messages : 217
dollars : 412
Avatar : Gabriella Wilde
Multi-comptes : Emily T. Stark
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Juil - 18:16

Cours d'armes rapprochées n°1

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Mlle Allen & Students

Il ne faisait pas froid, mais il ne faisait pas assez chaud non plus. Kalanisse était, dans tout les cas, en colère. Elle ne saurait pas expliquer pourquoi. Parce qu’elle avait mal dormi ? Faisant des cauchemars durant lesquels toutes ses victimes venaient la hanter ? Tout le monde croit qu’être « espionne » est quelque chose de fantastique voir fabuleux alors que pas du tout. Surtout qu’elle n’avait pas d’amis. Elle faisait semblant de s’entendre avec ses « collègues ». Ils faisaient de même de toute manière et au moindre faux pas, elle risquaient de prendre même vielle n’avait rien fait. Comme chacun d’ailleurs. C’était sans doute pour cela qu’ils se faisaient tous de faux sourires et qu’ils semblaient si épanouis alors que pas du tout. Si un ancien faisait un seul faux pas alors un nouveau pouvait s’enfuir et c’était le responsable qui prenait. Et Cathédrale attendait que la blonde fasse ses preuves. Plus particulièrement en ramenant quelqu’un pour le former. Mais la jeune femme ne savait pas si elle croiserait quelqu’un de potentiellement intéressant pour ce genre de travail sachant qu’elle ne pourra pas montrer à cette personne qu’elle deviendrait alors vulnérable par la suite. Kala était devenue une jeune femme vulnérable, bien qu’elle l’avait toujours été. Et bien que son surnom était « La lionne de Cathédrale » au sein de l’organisme, elle était la plus vulnérable des « employées ». C’était un fait indéniable. On pouvait la menacer sur sa famille ou encore Joran. Elle était point liés. Elle était comme une gazelle prise sous les griffes d’un lion n’attendant qu’à lui sauter dessus. C’était un monde cruel, ou du moins qui l’était devenu. Elle ne se souvenait même plus depuis quand son véritable travail était devenu aussi cruel… Depuis le départ de Joran ? Depuis son arrivée à l’université ? La blonde ne savait pas réellement. Tout ce qu’elle savait c’est qu’elle regrettait amèrement son choix.

Mais en ce fameux jour, Kalanisse allait donner son premier cours d’été. Et ça ne la remplissait pas réellement de joie. Elle l’avait fait pour arranger les affaires de l’université. Bien entendu la blonde ne sautait pas de joie d’apprendre quelque chose à des gamins qui pensaient tout savoir alors qu’ils ne savaient rien justement. Elle était certaine de sur apprendre certaines choses mais aussi que ça allait être réellement long et que peu arriveraient au stade auquel elle se trouvait lorsqu’elle avait leur âge. Ils allaient réellement la désespérer. Ses deux frères étaient plus sympathiques qu’elle. Ils étaient les professeurs les plus adorables au monde à côté d’elle. La jeune femme pouvait se montrer cassante… Enfin elle était cassante. Elle n’était pas là pour plaindre ces gamins. Ils voulaient apprendre ? Ils allaient devoir apprendre à sa manière et non pas à la leur. Selon Kalanisse, ils devraient se mettre à son niveau et non pas l’inverse. Évidemment il y aurait forcément de fortes têtes mais dans ces cas-là, l’espionne les rabaisse au niveau où ils devraient être. C’est à dire six pieds sous terre. Certains voudraient se croire plus malins et plus intelligents ? Qu’ils essayent. Kalanisse les attendaient au tournant. La jeune femme donnait ce cours aussi pour des recrutement pour Cathédrale. Elle semblerait moins suspecte ainsi. Elle savait que sinon on lui demanderait ce qu’elle faisait là et elle n’était jamais d’humeur à mentir réellement. Sa seule option était donc une couverture. Elle devrait en avoir honte mais elle n’avait pas honte pourtant. Elle le faisait pour ses frères. Elle savait autrement que c’était eux qui allaient en payer le prix fort et qu’il ne s’en sortiraient pas vivant et que si c’était le cas alors leur vie était comptée à la seconde près. C’était ainsi qu’était faite sa vie à présent et même si ça ne lui plaisait pas, Kalanisse serrait les dents et assumait ses choix. Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même et non pas aux autres. Que pouvait-elle faire dans tous les cas d’ailleurs ? Rien. Absolument rien. Et le fait qu’elle soit si impuissante la tuait littéralement de l’intérieur.

Mais pour le moment, elle laissait rentrer les élèves les uns après les autres. Elle les plaignait mais plus elle voyait leur comportement plus elle tentait de se donner du courage pour lancer le cours… Il lui en faudrait du courage… Elle se demanda d’ailleurs, juste avant de prendre la parole pourquoi elle avait accepté au final. Mais elle ne pouvait plus reculer. Elle frappa dans ses mains pour avoir l’attention de ses élèves.

« Je ne suis pas là pour jouer le rôle de votre mère ou une connerie du genre. Vous suivez ou vous dégagez c’est aussi simple que cela. Ce n’est pas parce que je suis votre professeur que je prendrais des pincettes. Il est hors de question que je perde mon temps avec vous si vous n’en valez pas la peine. Bossez durement et vous y arriverez, laissez vous aller et vous coulerez. » Kalanisse savait qu’elle ne serait pas douce avec eux mais il fallait bien qu’ils apprennent… « Dîtes moi ce que vous savez exactement de ce cours. Si avez choisit ce cours ça devait être pour une raison particulière, laquelle ? »

Kalanisse leur laissait une chance de pouvoir s’affirmer et de pouvoir faire bonne impression. Mais aussi de permettre à la blonde quelle dose de travail il restait à faire.





TragicFates
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rebecca Jones
Élite Novice
« La victoire, c'est de continuer à se battre »
Messages : 652
dollars : 3861
Avatar : Ashley Benson
Multi-comptes : Diana Prince
Sous-groupes : Elite Novice
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Aoû - 19:30
Rebecca n’était pas vraiment dans son assiette. Le manque de sommeil se faisait clairement sentir. Il est vrai que la blondinette avait encore cauchemardé toute la nuit à finir par devoir changer ses draps en pleine nuit tellement elle avait eu des sueurs froides. Becky ressassait toujours les mêmes souvenirs douloureux, ces instants de combats et de luttes pour leur vie qui les avaient marqué à vie ses amis et elle. Cette dernière journée à la clinique au Mexique ainsi que leur fuite pour rejoindre Eden.

Ce jour-là, le docteur responsable des recherches dans le laboratoire avait fait amener Rebecca dans une salle de combat très classique à l’exception du nombre d’adversaires qui attendait la jeune fille. En position de salue, une  douzaine de soldats lui faisaient faces attendant les ordres du médecin. Celui-ci m’expliqua alors les recherches qu’il avait mené sur Ororo Munroe dite « Tornade » et ses pouvoirs qu’il trouvait très bizarre à justifier. Ce scientifique fou cherchait un lien entre pouvoir et raison, la blondinette comprenait maintenant pourquoi il avait aussi peu de cheveux. Il devait bien trop se les arracher. Sa théorie avait un lien avec l’électricité, à l’époque Rebecca avait peu écouté le dis-scientifique et s’en mordait bien les doigts aujourd’hui.

A la suite de cela, le chercheur souhaitait que Rebecca électrocute un des soldats. La jeune fille avait commencé par se concentrer comme à son habitude pour faire apparaitre des nuages, tâche bien plus difficile dans une pièce fermée sans une seule fenêtre. Le chercheur la fit stopper par le soldat qui devait être sa cible d’un coup dans les côtes.


«  Ce n’est pas ce que je t’ai demandé ! Si comme je le pense tes pouvoirs ont un lien étroit avec l’électricité, tu devrais pouvoir faire parcourir cette même électricité dans tout ton corps »

Cette idée semblait totalement absurde pour la blondinette. Souhaitait-il qu’elle se donne la mort en créant un courant électrique dans son corps ? Après tout, pourquoi son cœur à elle serait-il épargner ? C’est alors que les châtiments s’enchaînèrent. Tant que la jeune fille n’arriverait pas à faire ce qu’il demandait et tant qu’elle aurait encore la force de se relever, il continuerait de la pousser dans ses retranchements.

Au bout d’une bonne heure, la blondinette avait de plus en plus de mal à reprendre son souffle. Rebecca n’en pouvait plus, une rage grondée au fond de son ventre, une envie de vengeance. Ce scientifique jouait avec eux comme des marionnettes. Cette colère grandit petit à petit et Rebecca ressentit alors ce courant fin et agressif dans ses veines. On aurait dit que son sang lui-même s’agitait et s’ondulait comme un éclair.

La jeune fille décida de se relever une ultime fois. Après quelques secondes où d’apparence extérieur rien ne se passait, le médecin fit signe au soldat de me frapper. Etant donné qu’il la frappait de la même manière depuis le début, Becky n’eut aucun mal à anticiper son geste et à saisir son avant-bras avec sa main. C’est alors qu’elle déversa toute sa haine à travers sa main. Le soldat en question tomba à genou en hurlant puis il vacilla et finit par s’étaler de tout son long.

Le chercheur se mit à rire d’une voix tonitruante et à applaudir la jeune fille. Il la félicita pour son acharnement et après lui avoir laissé à peine quelques secondes de répits, il fit signe aux soldats restants pour qu’ils passent à l’attaque. Rebecca n’avait jamais combattu autant de personnes en même temps, encore moins en intérieur. Elle commença par enchaîner les esquives tout en essayant d’invoquer un orage. La complexité de l’opération la fit encaisser plusieurs coups. La blondinette était à bout de force. Elle recommença l’exercice que le professeur lui avait imposé afin de pouvoir mettre chaos les personnes qu’elle touchait. Elle ne put en atteindre que quatre avant de s’évanouir sous les coups et l’épuisement.

Lors de leur fuite, Rebecca eut à nouveau recours à cette méthode. Elle avait vite compris que ses mains n’étaient pas forcément le seul canalisateur de son pouvoir pour ce type d’utilisation. Elle pouvait faire en sorte que quelqu’un qui la touche à n’importe quel endroit de son corps prenne une décharge. Cependant cette technique était non seulement difficile à utiliser sans un sentiment aussi puissant que la rage et cela la vidait très rapidement de son énergie. Et puis, niveau discrétion, cela était compliqué car cela déchirait ses vêtements.

Sortant de ses pensées liées à ses cauchemars de la nuit, Rebecca se rappela sa résolution. A l’heure actuelle, absolument personne n’était au courant de cette capacité qu’elle avait acquis. Les seules personnes qui avaient été au courant faisaient partie des personnes mortes même si Rebecca n’en avait tué que trois par se procéder, les autres ayant fini assommés. Elle était elle-même un peu effrayée par sa compétence à électrocuter toutes personnes qui la touchent. C’est pourquoi elle avait tout fait pour ne pas y penser en présence de Charlotte afin qu’elle ne capte pas cette information involontairement.

La jeune femme se prépara donc à assister à son premier cours de l’été qui était un cours d’armes rapprochées. Rebecca avait dit à Laura qu’elle souhaitait avoir ce cours en commun avec elle afin de ne pas avoir à argumenter plus loin le choix de ce dernier étant donné que la blondinette avait pris plus de cours que nécessaire. Une fois arrivée dans la salle de classe, tous les élèves prirent place et l’enseignante prit la parole. Il s’agissait de Ms Allen. De but en blanc, elle rentra dans le lard de tout le monde avec ses premières paroles. Rebecca jeta un coup d’œil à Laura pour faire comprendre que l’avantage c’est qu’il n’y aurait pas de chichis dans ce cours.

Suite à la question de Kalanisse, Rebecca se sentit mal à l’aise pendant une fraction de seconde. Elle se ressaisit rapidement afin de ne pas inquiéter Laura. Quel mensonge la blondinette allait-elle bien pouvoir servir à tout ce beau monde cette fois. Après quelques secondes de réflexion, aucun élève n’avait encore pris la parole c’est pourquoi Becky se lança dans la gueule du loup. Elle ne savait pas du tout à quelle sauce elle allait être mangée par Ms Allen.


« Pour ma part, je suppose que ce cours a pour but de nous entraîner au combat rapproché équipé d’armes blanches. J’ai choisi ce cours pour combler une de mes plus grosses lacunes tout simplement. »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden :: Institut :: Premier étage :: ➤ Salle d'autodéfense-
Sauter vers: